Du chercheur à l’auteur : l’importance de la publication en recherche scientifique

 

 

La publication scientifique représente une part importante de l’activité de recherche. S’il est possible de présenter des travaux lors de conférences, où l’on peut réellement débattre avec son auditoire, c’est surtout au travers de la publication qu’il est possible de porter à la connaissance du monde l’avancée, l’aboutissement ou la conclusion de travaux de recherche, et d’en garder une trace.

En savoir plus sur les types d’articles

Un chercheur peut publier différents types d’articles scientifiques. Les plus « classiques » sont ceux liés à une recherche originale, considérés comme une source primaire de présentation des résultats par les chercheurs qui ont réalisé l’étude. Ce type d’article introduit le sujet et le contexte, présente la question de recherche ou le but de l’étude abordée et les méthodes utilisées, et discute les résultats originaux et leurs possibles implications. Les articles ouvrant de nouveaux champs d’études sont souvent ceux les plus marquants.
Ces articles originaux sont parfois complétés par des articles secondaires, qui poussent plus loin l’étude avec des analyses complémentaires. Suivant les revues, ces types d’articles sont publiés sous forme de communications brèves ou de lettres (format court), ou d’article plus longs et plus détaillés.
Quand un champ d’étude a avancé au travers de la contribution de différents groupes de recherche, il est souvent utile de rédiger des articles de synthèse ou de revue (review articles), qui donnent une vision globale de ces avancées et des contributions importantes de différentes équipes de recherche dans le monde, et qui identifient des lacunes ou des challenges à relever pour de futures recherches futures.
Il existe aussi des articles de perspective, qui se focalisent davantage sur ces challenges ou avancées futures, ou encore des articles d’opinion ou de critique de la littérature ou d’ouvrages.

 

Le statut d’auteur d’une publication est alors très important. D’une part, il souligne la paternité scientifique d’une découverte des auteurs et leurs contributions dans la conception ou la réalisation des travaux présentés dans l’article. D’autre part, il engage ces mêmes auteurs qui donnent du crédit au contenu de l’article. En valorisant ainsi les activités des acteurs de la recherche, la publication scientifique contribue directement à la reconnaissance de leurs expertises et elle joue un rôle important dans l’évaluation de l’activité scientifique. Cependant, à cause de la croissance phénoménale du nombre de publications scientifiques, l’évaluation se base trop souvent sur des indicateurs bibliométriques, tels que l’indice h ou le facteur d’impact des revues dans lesquelles l’auteur publie.

En savoir plus sur l’indice h et le facteur d’impact

Le facteur d’impact est un indicateur qui s’efforce de quantifier la visibilité d’une revue scientifique. Schématiquement, on peut dire que le facteur d’impact d’une revue correspond au nombre moyen de citations reçues par les articles qu’elle a publiés durant les deux années précédentes.
L’indice h (du nom de son inventeur Jorge Hirsch) est un indicateur ayant pour but de quantifier la productivité scientifique et l’impact d’un scientifique en s’appuyant sur les citations reçues par ses publications. On dit qu’un chercheur a un indice h de X lorsqu’un nombre X de ses articles publiés ont été cités au moins X fois chacun. Les auteurs avec un indice h élevé sont ainsi “quantifiés” comme ayant une production scientifique importante.
Ces deux indicateurs sont très décriés car ils ne donnent souvent qu’un aperçu biaisé de la productivité et de la renommée d’un chercheur ou d’une revue. Ils varient beaucoup d’une discipline à l’autre suivant que l’on y publie peu ou beaucoup. L’indice h ne prend pas en compte l’apport réel du chercheur dans la publication (porteur du projet ou collaborateur), ni du fait que les articles soient cités de façon positive ou négative.

 

La publication scientifique joue un rôle central dans l’organisation et la diffusion de la connaissance. Mais comment rendre ces informations accessibles, et si possible rapidement, tout en s’assurant de la rigueur de la méthode scientifique employée et de la qualité des travaux menés ?

Les revues scientifiques sérieuses ont mis en place un processus d’évaluation par les pairs qui se fait de façon transparente et avec une certaine rigueur. Ces rapporteurs sont des scientifiques, souvent experts du domaine, chargés de vérifier minutieusement le contenu d’une publication. Une attention particulière est portée sur la présentation du contexte de l’étude, les hypothèses, le matériel ou les méthodes utilisées, la présentation des résultats, leur interprétation et leurs implications. Cette analyse critique et impartiale doit être réalisée par des évaluateurs indépendants, et c’est la raison pour laquelle elle est souvent réalisée de façon anonyme.

Si les échanges entre auteurs, éditeurs et rapporteurs améliorent souvent la qualité des publications, le problème de ce processus d’évaluation est qu’il est relativement lent. Ainsi, il faut généralement plusieurs mois, voire plusieurs années, pour qu’un article finisse par être publié. De plus, certaines revues ne sont accessibles que pour leurs abonnés et les tarifs pratiqués limitent drastiquement le nombre de lecteurs potentiels, et donc la diffusion des connaissances. De nombreuses instances demandent d’ailleurs un accès ouvert et immédiat à tous les articles scientifiques.

Depuis quelques années, de plus en plus d’auteurs contournent ces problèmes liés à la diffusion rapide des résultats et à leur accès libre en déposant leurs articles soumis à publication sur des sites d’archives ouvertes, tels que arXiv. Ils font ainsi connaître immédiatement leurs travaux à la communauté scientifique, dans un document (preprint) préparé avec la rigueur que l’on peut attendre d’un article final, mais qui n’a pas encore été évalué ou révisé selon les commentaires d’un comité de lecture. La version finale de l’article est elle aussi souvent accessible sur ces archives, et les chercheurs contribuent ainsi à développer une politique de science ouverte.

A titre personnel, j’ai récemment eu deux occasions de collaborer avec la revue Comptes Rendus Physique, publiée par l’Académie des sciences.

En 2021, j’ai joué le rôle de rédacteur en chef invité par le comité éditorial de la revue, avec mon collègue Sylvain Ravy, pour un numéro spécial sur la physique des phénomènes ultra-rapides. Ces numéros spéciaux permettent de promouvoir un domaine de recherche, le plus souvent émergent, pour mieux faire connaître l’avancée des connaissances. Le rôle du rédacteur en chef invité est alors de solliciter des experts du domaine, qu’il connaît souvent mieux que les membres permanents du comité éditorial de la revue, pour les convaincre de contribuer à cet ouvrage. Je tiens à souligner que, comme la revue CR Physique est diffusée par le centre Mersenne pour l’édition scientifique ouverte, le fait que l’ensemble du numéro soit publié en libre accès immédiat a fortement contribué à convaincre certains collègues de participer à cette aventure, au point de fournir parfois des articles de revue du domaine ayant nécessité un travail important. La charge de travail liée à la sollicitation des rapporteurs et aux échanges avec les auteurs sur les rapports et les modifications à apporter aux articles a été allégée par la plateforme et le support technique, permettant ainsi aux rédacteurs invités de se focaliser sur la partie scientifique de l’évaluation par les pairs.

En 2023, j’ai réalisé une animation scientifique pour la Fête de la science. Je voulais illustrer pour le grand public, et de façon accessible, l’intérêt d’études ultra-rapides que nous réalisons sur les matériaux et l’émergence de propriétés liées à la symétrie. En cette année olympique, le thème était alors Sport et science. Pratiquant le badminton, j’étais curieux de cette remarque que faisaient les joueurs sur la différence entre gauchers et droitiers. En regardant le volant de badminton de plus près (photo ci-dessus), la raison me semblait évidente : les plumes du volant étant implantées en hélice, le volant est un objet chiral et la situation est donc différente pour gauchers et droitiers. D’un point de vue théorique, ce phénomène se comprend très bien en s’appuyant sur une branche des mathématiques appelée la théorie des groupes. Mais il restait à l’observer expérimentalement.

J’ai donc emprunté la caméra ultra-rapide d’une collègue et ai sollicité des joueurs de badminton, gauchers et droitiers, de très haut niveau et évoluant à l’international pour certains. Les vidéos ainsi réalisées, à 4000 images par seconde, montrait la rotation naturelle anti-horaire du volant. Sur un slice de droitier, cette rotation naturelle est accélérée. Sur un slice de gaucher, le volant tourne en sens horaire. Il est alors ralenti par l’air puis se mais à tourner en sens naturel. En termes de physicien, l’énergie de translation est alors transférée en énergie de rotation. Les trajectoires de volants sont alors différentes et le volant ralenti d’avantage sur le slice du gaucher, qui est alors plus performant car le volant tombe plus près du filet.

Il se trouve que ceci n’avait jamais été discuté ni observé, et que les joueurs étaient particulièrement surpris de cette explication physique d’un phénomène auquel ils étaient confrontés quotidiennement. Les vidéos montraient aussi un effet Magnus, soulevant le volant durant un très court instant (30 ms), effet était considéré dans la littérature comme inexistant au badminton.

Ces vidéos en slow motion étaient aussi très esthétiques et captivante. Coïncidence ou non, il se trouve que les internationaux de France de Badminton avaient lieu à 3 km du laboratoire quelques semaines seulement après cette découverte. Il y avait donc une opportunité unique de faire connaître ces résultats à la planète badminton et aux meilleurs joueurs mondiaux. Mais il fallait faire vite ! S’il était réalisable de rédiger un article en deux semaines, en y travaillant soirs et week-ends, il était impossible de le faire évaluer, de le corriger et de le publier en version finale dans un délai aussi court.

J’ai donc échangé avec D. Estève, rédacteur en chef des CR Physique, qui a montré son intérêt pour publier ce type d’étude où la physique, à priori amusante, peut avoir des retombées importantes. Il m’a proposé de déposer sur une archive ouverte l’article en pré-publication et les vidéos associées, ce qui m’a permis de faire connaître ces résultats lors des internationaux de France de Badminton. Les retombés allaient alors bien au-delà de mes attentes : mon étude a été évoquée en live sur la chaine de la fédération mondiale de badminton et elle a été reprise dans différentes revues de vulgarisation ou de badminton. Pendant ce temps, la publication a été améliorée avec l’aide de commentaires de rapporteurs, jusqu’à être publiée en version finale dans les CR Physique. Elle peut ainsi être consultée en accès libre, même par une communauté de joueurs qui ne sont pas habitués à lire des revues scientifiques.

Cette expérience illustre parfaitement l’intérêt de l’utilisation d’archive ouverte quand il faut tenir compte de la temporalité et de la publication en accès libre pour faciliter la diffusion de résultats.

 

Eric Collet MAE
Senior chair, Institut Universitaire de France

 


Crédits de l’illustration de couverture : volant de badminton par Eric Collet (2023). Image fournie par l’auteur. CC-BY.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Eric Collet (18 juin 2024). Du chercheur à l’auteur : l’importance de la publication en recherche scientifique. Vie des sciences. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ufu


Eric Collet

Professeur des Universités Membre de l'Academia Europaea Chair de recherche Fondamentale de l'Institut Universitaire de France Médaille d'argent du CNRS Prix A. Kalman de l'Association Européenne de Cristallographie Prix Ancel de la Société Française de Physique

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search