Pourquoi l’anglais est-il devenu la langue internationale de la science ?

 

Levez la main, chers collègues. Comment prononcez-vous les mots anglais suivants : bough, cough, through, though, thought ? (Certes, « cough » est similaire à « thought », mais pourquoi ?)

Réponse : ils se prononcent tous différemment, et seuls les historiens des langues savent pourquoi.

En outre, si l’anglais n’est pas votre langue maternelle et que vous assistez à une conférence où l’anglais est la langue dominante (comme c’est généralement le cas dans les colloques internationaux), vous risquez d’être mal à l’aise si vos collègues ne comprennent pas votre manière de prononcer ces mots très compliqués, ou si vous conjuguez un verbe de manière incorrecte.

Arrêtons-nous un instant sur la conjugaison du verbe être (to be) en anglais : I am, you are, he/she/it is, we are, you are, they are. Toutes les formes plurielles sont identiques, mais l’anglais n’a plus de forme spécifique pour la deuxième personne du singulier (anciennement Thou art), ce qui introduit une irrégularité supplémentaire. Et toutes les formes du verbe au singulier sont différentes l’une de l’autre.

Pourquoi en va-t-il ainsi ? Beaucoup d’autres langues occidentales sont plus logiques. Les langues romanes – italien, espagnol, français – ont une orthographe plus cohérente. Les langues germaniques et apparentées le sont également (avec quelques idiomes locaux). Lorsque vous lisez une phrase, vous savez comment prononcer ses mots, même si vous n’en comprenez pas le sens. Je ne saurais m’exprimer sur les diverses langues et dialectes que l’on trouve en Asie. Ni même sur l’irlandais, la langue de mes ancêtres, qui me semble dotée d’environ quatre fois plus de lettres que les autres langues de ma connaissance. Ces lettres supplémentaires sont là pour faciliter la prononciation (m’a-t-on dit).

L’irlandais n’est pas seul en son genre. Comme de nombreuses langues venues d’autres continents, il a été translittéré en anglais par des locuteurs non natifs. La plupart de ces langues n’ont jamais été vraiment écrites. Et la translittération n’a pas toujours été fidèle. Les locuteurs natifs ont donc dû se battre pour repérer et éventuellement corriger ces translittérations, ainsi que leurs traductions.

Par ailleurs, de nombreuses langues asiatiques, amérindiennes, européennes et africaines ont recours à des codes de prononciation et à des symboles diacritiques pour apporter nuance et précision aux propos énoncés par leurs locuteurs. Cela n’a rien d’inhabituel. En principe, la plupart des langues qui possèdent une version écrite font preuve d’une certaine constance dans leur prononciation. Mais pas l’anglais, qui n’utilise pas de signes diacritiques. Pourquoi ?

 

La langue que nous connaissons aujourd’hui sous le nom d’anglais a évolué dans les îles britanniques pendant des milliers d’années, sous diverses occupations étrangères et dynasties royales. De nombreux ouvrages spécialisés décrivent en détail cette histoire fascinante. Mais la langue à laquelle nous sommes aujourd’hui confrontés sous l’appellation d’ « anglais » est en grande partie le produit de deux grands courants linguistiques : l’un issu des langues germaniques (principalement ce que nous appelons aujourd’hui l’allemand), l’autre des langues romanes (principalement ce que nous appelons aujourd’hui le français). Plus d’un millénaire a été nécessaire pour opérer ce mélange.

La conséquence de cette longue histoire est qu’il existe aujourd’hui de nombreux synonymes pour un même mot commun, et souvent au moins deux façons de d’exprimer les actions les plus simples. Par exemple, de la langue latine (romane) est issu le verbe possess, tandis que la langue germanique a donné le verbe have, qui semble plus simple et plus familier. C’est parce qu’ils ont la plupart du temps recours à des verbes issus du latin plutôt que du germanique que certains écrits scientifiques nous semblent ennuyeux à mourir. Mais comme ces verbes peuvent paraître relever du langage informel, certains scientifiques préfèrent utiliser des verbes issus du latin, afin de se donner de l’importance (alors qu’en réalité, ça apporte surtout du ridicule ; pour vous en convaincre, essayez donc de passer une journée entière à parler anglais sans utiliser de verbes issus du germanique : dites possess au lieu de have, exhibit au lieu de show, etc.)

Une autre difficulté réside dans le fait que les verbes anglais d’origine germanique nécessitent souvent une préposition pour être reliés à leur objet. Par exemple, lead to vient du germanique, alors que adduce vient du latin. Autre problème, en anglais, les prépositions qui relient les verbes d’origine germanique à leurs sujets ne sont pas forcément les mêmes que celles que les langues romanes utilisent pour des verbes similaires. Par exemple, l’expression anglaise to think about (ou of) him donne en français « penser à lui », où la préposition « à » équivaut généralement à to plutôt qu’à about. Si l’on disait « penser de lui », cela ferait référence à ce que l’on pense de quelqu’un, c’est-à-dire à l’opinion que l’on a de lui. Les pièges sont innombrables.

 

Comment expliquer que l’anglais soit devenu la langue dominante des publications scientifiques, s’il prête autant à confusion ? Au cours du 20e siècle, tout en devenant une puissance mondiale sur le plan politique et économique, les États-Unis ont fait le choix de consacrer une grande partie de leur budget fédéral à la recherche scientifique. Ce choix a d’ailleurs presqu’immédiatement été imité par le secteur privé. Grâce à cela, la recherche scientifique a connu un essor considérable aux États-Unis et dans d’autres pays anglophones. D’autres pays du monde, comme l’Allemagne ou le Japon, leur ont très vite emboîté le pas, mais le mal était fait : un déséquilibre s’était créé en matière de communication internationale.

Dans la plupart des pays du monde, la population maîtrise deux langues (minimum). Les îles britanniques sont géographiquement isolées du reste de l’Europe, et leur langue a (substantiellement) évolué dans un contexte de semi-isolement, en étant influencée par de nouveaux mots apportés par des guerres, des invasions, des émigrations, et d’autres facteurs encore. Les États-Unis se sont eux aussi retrouvés en situation d’isolement, mais pour des raisons différentes : les colons anglophones ont rapidement assis leur domination politique dans les années 1700, même si quelques autres langues (principalement européennes) ont subsisté dans certaines zones. Le Canada, au nord, était majoritairement anglophone (à l’exception du Québec). Le Mexique, au sud, avait beau être surtout de culture hispanophone (bien que de nombreuses langues indigènes aient subsisté, comme au Canada) : son influence au nord était géographiquement limitée.

Les États-Unis sont donc devenus une nation dominée par la langue et les us et coutumes anglais. Cet isolement est en partie responsable du déclin progressif des compétences linguistiques des Américains, les enfants d’immigrés ayant perdu la capacité de parler la langue de leurs parents, et les institutions n’ayant plus recours qu’à l’anglais. À moins qu’elles ne leurs soient enseignées à l’école, la plupart des élèves n’apprennent aucune autre langue que l’anglais.

Résultat ? Un de mes collègues aime à dire que « l’Américain moyen parle 0,8 langue »…

 

Il est donc dramatique que l’anglais soit la langue dominante des publications scientifiques.

Cette tragédie touche les scientifiques du monde entier, alors qu’ils s’efforcent d’exprimer leurs idées de la manière la plus claire possible. Car c’est une rude épreuve. Lorsque les différentes séries des Comptes Rendus de l’Académie des Sciences ont été réorganisées il y a deux décennies, j’ai été sollicité faire partie du comité éditorial de la revue Palevol, qui comprenait la paléontologie, la macroévolution et un peu d’archéologie. À l’époque, le niveau d’anglais de certains articles n’était pas suffisamment bon pour leur permettre d’être publiés. Nous étions parfaitement conscients des difficultés posées par cette langue, mais il était de notre devoir de maintenir un haut niveau d’exigence linguistique pour toucher un public international.

Une maison d’édition scientifique bien connue, qui était à cette époque responsable de la fabrication des revues de l’Académie, nous a assurés qu’elle surveillerait de près ces soumissions, et même, qu’elle irait jusqu’à fournir un service de traduction. Imaginez ma surprise, quelques mois plus tard, lorsque j’ai reçu un manuscrit dans un anglais parfaitement inacceptable ! Nous avons alors contacté les auteurs pour leur demander de faire appel à un traducteur professionnel, ou de faire réviser leur texte par un collègue anglophone. Ils nous ont répondu qu’ils avaient déjà fait appel à un service : celui de notre propre maison d’édition, qui leur avait coûté environ 400€. Inutile de dire que nous avons obtenu de cette maison qu’elle leur rembourse les frais engagés, et que nous ne l’avons plus jamais sollicitée pour ce genre de service.

Nous avons alors décidé que je lirais et examinerais chaque manuscrit accepté dans la série Palevol, pour vérifier la qualité de l’anglais avant publication. S’il n’y a que quelques corrections mineures à apporter à l’anglais, je peux m’en occuper. Si le manuscrit nécessite un remaniement plus complet, nous le renvoyons aux auteurs, en leur promettant une publication dès le niveau de langue jugé acceptable. Je suis heureux de pouvoir dire qu’au fil des ans, la qualité de la langue des soumissions est devenue presque impeccable : nous en sommes très reconnaissants à nos collègues internationaux.

Il est possible, voire probable, que l’amélioration de la qualité de certaines soumissions en anglais soit en grande partie due à l’utilisation de l’IA et d’autres programmes de traduction automatique. C’est une excellente chose. Une traduction générée de manière artificielle peut suggérer des mots et expressions nouveaux ou alternatifs, que les auteurs ont ensuite la possibilité d’adopter ou rejeter après examen. Il reste également toujours possible de consulter des collègues nativement anglophones, pour recueillir des conseils sur comment clarifier et préciser ses idées.

 

On peut évidemment déplorer l’hégémonie de cette langue très incohérente qu’est l’anglais, mais au moins, il existe à présent des moyens de l’apprivoiser. Voilà qui devrait à l’avenir faciliter la vie de nos collègues internationaux non anglophones, et leur permettre de publier leurs recherches.

 

Kevin Padian
University of California

Ce billet a été rédigé par l’auteur en anglais, et traduit en français par l’équipe éditoriale de Vie des sciences. Sa version originale est également disponible sur ce carnet.


Crédit de l’illustration de couverture : English language grunge flag, par Nicolas Raymond, 2012 (source). CC-BY 3.0.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Kevin Padian (2 juillet 2024). Pourquoi l’anglais est-il devenu la langue internationale de la science ? Vie des sciences. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11sjd


Kevin Padian

Distinguished Professor and Curator Emeritus Department of Integrative Biology and Museum of Paleontology University of California, Berkeley CA 94720

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search