L’Académie des sciences, l’Institut, et les femmes, en 1911

 

L’assemblée générale de l’Institut de France fut rarement aussi bruyante que le 4 janvier 1911. On entendit par exemple le géographe et économiste Levasseur, administrateur du Collège de France, s’écrier dans un brouhaha général « Voulez-vous donc un Institut bisexuel ! ».

Selon le Figaro, « on proteste, on approuve violemment, et le vacarme est tel que Arthur Chuquet, président de l’Institut, se lève, agite désespérément sa sonnette et doit monter sur son bureau pour se faire entendre et rétablir l’ordre ». Cela aboutira à la non-élection de Marie Curie à l’Académie des sciences. C’est cette histoire que je voudrais vous raconter ce soir.

Je dois commencer par vous dire ce dont je ne vais pas parler ! Tout d’abord, il ne s’agit en aucun cas d’une forme de mea culpa ou d’une tentative de justifier une mauvaise décision prise par nos prédécesseurs. Il s’agit simplement de comprendre un rendez-vous manqué et — qui sait ? — d’en tirer des enseignements pour l’avenir. Je n’ai pas non plus l’intention d’aborder les abominables diffamations propagées par la presse à cette époque. Je vais me concentrer sur une question précise : comment l’Institut de France et l’Académie des sciences ont-ils fonctionné pendant cet épisode ?

Pour comprendre, il me faut faire un rappel historique sur l’Institut. Dès le 17ème siècle, un certain nombre d’académies royales avaient été créées : l’Académie française, l’Académie des inscriptions et belles lettres, des sciences, de peinture et de sculpture. Ces assemblées étaient complètement indépendantes et avaient chacune leurs procédures d’élections de membres. Le 8 août 1793, la Convention Nationale supprima ces académies purement et simplement. C’est l’époque où l’on décapite Lavoisier parce que « la République n’a pas besoin de savants », même si cette phrase ne fut probablement pas prononcée. Rapidement, la Convention prend conscience que c’était une erreur et reprend une belle idée de Mirabeau : fusionner les académies en une seule compagnie. L’Institut national, souvent appelé « le parlement des savants » est créé le 25 octobre 1795. Il comprend les classes des Sciences physiques et mathématiques, des Sciences morales et politiques et de Littérature et beaux-arts. Chaque classe est divisée en sections.

« L’Institut tout entier doit concourir à l’élection des membres ». Pour chaque nouveau membre, la section correspondante proposait un classement des candidats, qui était ensuite présenté à la classe, qui pouvait le modifier, qui était ensuite proposé à l’Institut tout entier. C’était une procédure déraisonnable. L’arrêté consulaire du 23 janvier 1803 modifie le mode d’élection : chaque classe élit dorénavant ses membres.

Sous la Restauration, l’ordonnance du 21 mars 1816 redonne le nom d’académie aux classes de l’Institut mais surtout leur confère une autonomie, tout en les maintenant au sein de l’Institut de France. Article 3 des statuts : « Chaque Académie aura son régime indépendant ».

Voilà le cœur du problème : depuis 1816 les académies sont complètement indépendantes, elles décident pour elles-mêmes, en particulier pour leurs élections, MAIS elles sont au sein de l’Institut et elles respectent une espèce de contrat moral de préserver l’unité. Cette situation est tout à la fois une richesse et la source d’une multitude de problèmes, jusqu’à aujourd’hui, n’est-ce pas Monsieur le Chancelier de l’Institut ?

En 1832, l’Académie des sciences morales et politiques est reconstituée. Désormais, cinq académies composent l’Institut.  En 1911, la situation est donc la suivante. Cinq académies, chacune ayant un président et un secrétaire perpétuel (à l’exception des sciences qui en ont deux). Chacune prend ses décisions de son côté mais les affaires communes à l’Institut sont discutées lors d’assemblées générales.

La question de l’éligibilité des femmes concerne-t-elle l’Institut ou chaque académie ? Voilà le problème. 

Après cette introduction historique, je peux enfin raconter l’histoire de la non-élection de Marie Curie et de l’élection d’Édouard Branly

En novembre 1910, quelques académiciens des sciences suggèrent à Marie d’être candidate sur le poste du physicien Désiré Gernez qui venait de décéder. Il se trouve que Gernez avait été lui-même élu sur le poste de Pierre Curie, l’époux et collaborateur de Marie, décédé en 1906 dans un terrible accident de la circulation, en sortant de l’Institut. C’est peut-être pour cette raison que Marie est candidate, en mémoire de Pierre. La compétence scientifique de Marie n’est remise en question par personne (à part quelques journalistes d’extrême droite qui ont le culot de ne la considérer que comme l’assistante de Pierre). Elle a reçu le prix Nobel en 1903, conjointement avec Pierre Curie et Henri Becquerel. Non, la compétence n’est pas le problème. Mais c’est une femme !

La nouvelle de la candidature se propage. Marie la confirme dans le journal Le Temps tout en déclarant « qu’il lui serait pénible que cela soit discuté publiquement ». Son souhait de discrétion ne sera pas réalisé.

Apprenant cela, 48 membres de l’Institut (dont 4 de l’Académie des sciences), s’insurgent contre l’idée même d’élire une femme, et rédigent une pétition envoyée le 20 novembre 1910 au président de l’Institut, et destinée à être discutée en assemblée générale. 

« Monsieur le président, un certain nombre de membres de l’Institut soussignés ayant connaissance qu’une candidature féminine est sur le point d’être posée à l’Académie des sciences, considérant que si cette candidature était prise en considération il en résulterait une atteinte à une tradition commune à toutes les académies et jusqu’à présent incontestée depuis la fondation de l’Institut, que la méconnaissance de cette tradition peut entraîner les conséquences les plus graves pour toutes les académies et que par conséquent il y a là une question de principe qui ne peut être tranchée que par l’Institut tout entier, ont l’honneur de vous prier de bien vouloir inscrire à l’ordre du jour de la prochaine séance trimestrielle la question de savoir si une femme peut être élue à l’Institut […] Veuillez agréer, Monsieur le président, l’assurance de notre dévouement confraternel. »

Le 30 novembre, le bureau qui prépare les assemblées générales se réunit. Les oppositions sont franches. 

D’un côté Gaston Darboux, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, mathématicien.  — En passant, si vous avez un petit moment de libre, je vous recommande ses « Leçons sur la théorie générale des surfaces et les applications géométriques du calcul infinitésimal » en trois volumes. Deux ou trois ans devraient vous suffire pour les lire. —  Il revendique pour chacune des académies l’autonomie et le droit de choisir librement ses membres. Il affirme que l’intervention de l’Institut n’aurait aucune justification.

Émile Levasseur — nous l’avons déjà évoqué — soutient qu’une académie est une fraction de l’Institut, que l’Institut forme un seul corps. « Une académie a-t-elle le droit, en faisant rentrer chez elle une femme, d’ouvrir à cette femme l’Institut qu’elle pourra présider ? Il est naturel que l’Institut soit appelé à donner son avis sur cette question. »

Paul Thureau-Dangin, secrétaire perpétuel de l’Académie française, propose que la lettre soit communiquée à toutes les académies. Seule l’Académie des sciences s’empare de cette question. Elle se réunit le 27 décembre et répond ceci :

« Monsieur le président, L’Académie des sciences, très émue des termes d’une pétition dans laquelle on lui déniait, contrairement à la constitution et aux traditions de l’Institut, le droit de trancher, pour ce qui la concerne, la question des candidatures féminines, a examiné cette pétition dans sa séance du 27 décembre dernier et, par 26 voix contre 13, elle a adopté l’ordre du jour suivant : « chacune des classes de l’Institut jouissant, d’après les règlements, d’une complète indépendance dans les questions d’élections, l’Académie des sciences estime que cette question relève des règlements spéciaux à chaque académie. Veuillez agréer, Monsieur le président, l’hommage de notre profond respect. »

L’Académie des sciences a donc décidé seule, avant même d’avoir consulté l’assemblée générale de l’Institut. Une mutinerie ! La contestation est telle que la section de physique se réunit immédiatement et classe les candidats. Elle place Marie Curie en première ligne et tous les autres candidats exæquo en deuxième ligne.

L’assemblée générale de l’Institut a finalement lieu le 4 janvier 1911, dans la grande salle des séances, à quelques mètres d’ici. On n’a jamais vu tant de présents à cette assemblée habituellement bien peu passionnante, on n’a jamais vu tant de vacarme, tant de mauvaise foi ! La séance dure trois heures et six intervenants prennent la parole.

Levasseur — encore lui — s’empêtre dans des arguments pour le moins étonnants. « Dans nombre de lois françaises, dit-il, on cite expressément les femmes lorsque l’on veut les inclure ». Il indique que les divers statuts de l’Institut et des académies ne font mention que d’« hommes d’honneur » ou « d’hommes de lettres » et que, « dans l’esprit tout au moins, il est bien évident que les fondateurs de l’Académie française et de l’Institut ne pensaient pas inclure les femmes ».

« Si une femme est élue, elle deviendra présidente de cette académie à son tour et, à son tour également, présidente de l’Institut. De plus, si une académicienne veuve venait à épouser un savant étranger, elle devrait renoncer à sa nationalité : faudrait-il la radier des membres de l’Institut et la passer dans les associés étrangers ? »

Il en appelle à la solidarité des 5 académies.

Paul Viollet, historien et archiviste, de l’Académie des inscriptions

« conteste la tradition immuable invoquée pour exclure les femmes, car certaines des anciennes académies ont admis des femmes, notamment l’académie des beaux-arts. Un vote de la commission serait sans effets et pourrait être interprété comme une pression morale. »

Émile Picard — un autre mathématicien — qui deviendra secrétaire perpétuel en 1917 — affirme :

« Chaque académie doit rester souveraine. A ses origines, l’Institut devait approuver toutes les élections et cela a soulevé tant de difficultés qu’on a modifié ce règlement en 1803 ».

Paul Appell — encore un mathématicien — rappelle :

« qu’il n’existe aucun texte établissant l’inéligibilité des femmes. L’Académie des sciences est froissée de voir discuter par l’Institut une question qui n’est pas de son ressort : le vote demandé aux membres de la commission est une ‘usurpation de pouvoir’. Nous estimons, à l’académie que notre devoir est d’élire toujours le savant le plus éminent, celui qui a fait la plus grande découverte. Les découvertes n’ont pas de sexe. »

Le bâtonnier Alexandre Bétolaud, des sciences morales et politiques, proteste.

« D’ailleurs, l’habit n’a pas été conçu pour les femmes ». Il maintient, ensuite, « qu’aucune femme n’a pris place à l’Institut depuis sa création et que cela constitue indéniablement une « tradition » et, qu’enfin, le vote par la commission est légitime puisqu’il s’agit d’une question d’intérêt général pour l’Institut. »

Quelqu’un cria :

« Cette tradition est une blague ! ». 

Un long argumentaire — vraiment très assommant — d’Adhémar Esmein — juriste, des Sciences Morales et politiques — assimile le statut de membre de l’Institut à un emploi public. Les femmes n’étant pas capables des fonctions publiques, elles sont naturellement également exclues de l’Institut.

Le vacarme recommença. « Le vote va vous départager », conclut le président., Par 88 voix contre 52, on décida ceci :

« L’assemblée, consultée sur l’éligibilité des femmes à l’Institut, sans se reconnaître le droit d’imposer sa décision aux diverses académies prises individuellement, se borne à constater que sur cette question, dont l’intérêt est essentiellement d’ordre général, il y a une tradition immuable, qu’il lui paraît tout à fait sage de respecter. »

Ainsi donc l’Institut « conseille » à l’Académie des sciences de ne pas élire une femme. À la sortie de la réunion, l’académicien botaniste Gaston Bonnier dira à un journaliste :

« La première partie constate très justement l’autonomie des Académies et la seconde partie n’a que la valeur d’un conseil d’amis, et l’on en connaît l’efficacité. Ils sont faits généralement pour ne pas être suivis. »

La séance d’élection à l’Académie des sciences, publique, se déroulera le 23 janvier 1911. Voici quelques extraits de l’article du Figaro, le lendemain.

« Ce fut une séance historique. La salle était bondée, toutes les personnalités du monde scientifique étaient présentes, et d’autres encore. Des photographes menaçants sont dans les coins, des journalistes partout. On parle, on se bouscule, on se heurte. Un gentleman, accablé par la « chaleur animale » qui échauffait l’atmosphère de la salle, se trouve mal, glisse et tombe. Tumulte. Ai-je besoin de dire qu’on n’écoute guère les communications ? Enfin le timbre de la petite pendule du bureau tinte quatre fois, les huissiers s’avancent, les urnes circulent, les cous se tendent et un silence impressionnant s’établit quand M. Gautier compte les bulletins. Il y a 58 votants, la majorité absolue sera donc de 30. On compte, le président compte à haute voix, le vice-président compte à voix basse, les secrétaires comptent par écrit, les membres comptent, les assistants comptent, tout le monde compte.  Enfin le président annonce le résultat : 29 voix pour M. Branly, 28 pour Mme Curie, 1 pour M. Brillouin. On va recommencer. Un irrespectueux et inutile éclair de magnésium jaillit et enfume la salle. Enfin, deuxième dépouillement : cette fois, c’est définitif.  M. Branly triomphe par 30 voix contre 29 à Mme Curie. L’Académie des sciences par cette élection, a consacré, la gloire mondiale d’un savant que notre pays peut avoir la légitime fierté de compter parmi ses fils. A ce tableau, toutefois, il y a une ombre :  une autre gloire de la science s’est trouvée écartée par l’élection de Branly, et Mme Curie dont la part fut si grande dans la découverte du radium, reste à la porte de cette Académie, où elle devrait légitimement siéger. Sunt lacrimae rerum. » 

On citait Virgile dans les journaux à l’époque.

Henri Poincaré — un mathématicien de plus — faisant contre mauvaise fortune bon cœur, affirmait bien haut en sortant que « la prochaine fois elle sera élue ». Marie Curie ne se représentera pas. En revanche, elle sera élue comme membre libre à l’académie de médecine 11 ans plus tard, il y a 100 ans.

Notre académie n’élira une femme correspondante qu’en 1962 et une femme membre titulaire en 1979. Depuis, nous avons élu 37 femmes et 317 hommes. Peut mieux faire ! Aujourd’hui 13% de nos membres sont des femmes alors que la proportion de femmes dans la recherche publique française est de l’ordre de 30% et de 20% dans les grades les plus élevés. Là encore, peut mieux faire !

Dans un siècle, espérons que ces questions de parité hommes/femmes ne seront plus qu’un mauvais souvenir. Comment pouvons-nous savoir ce qu’on nous reprochera dans 100 ans, comment l’anticiper ?

 

La rédaction de ce billet fait suite à la conférence Marie Curie, les femmes et les sciences, qui s’est tenue le 15 novembre 2022 à l’Académie des sciences (voir la captation vidéo de cette conférence).

 


Sur ce sujet, voir aussi Natalie Pigeard-Micault  : Marie Curie, la reconnaissance institutionnelle, des Nobels aux Académies, séance du 21 novembre 2017, Bull. Acad. Nat. Méd., 2017, 201, n° 7-8-9, p. 1269-1279. 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Etienne Ghys (21 avril 2024). L’Académie des sciences, l’Institut, et les femmes, en 1911. Vie des sciences. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qic


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search