Les grandes aventures scientifiques du XVIIIe siècle : Charles Marie de La Condamine (1701-1774)

Portrait de Charles Marie de la Condamine par Maurice Quentin de La Tour (1753), pastel sur papier. Œuvre conservée au Frick Art & Historical Center (domaine public).

 

 

Le 4 février 2024 seront célébrés les 250 ans de la mort de Charles Marie de La Condamine, savant-aventurier exceptionnel du siècle des Lumières. Il a vécu de 1701 à 1774 à Paris, mais il a surtout voyagé, étant un explorateur passionné, un scientifique très curieux et très complet, mathématicien, astronome, chimiste, botaniste, même médecin, et aussi encyclopédiste.

Avant 1735

Son père Claude de La Condamine, receveur des finances, meurt quand il a 10 ans. Charles reçoit une formation en mathématiques de haut niveau au Lycée Louis-Le-Grand. Il est d’abord attiré par une carrière militaire. Il s’engage à 18 ans dans la cavalerie, participe à la guerre contre l’Espagne et le roi Philippe V, en 1719. Pendant cette campagne, il attrape la petite vérole, ce qui va marquer profondément sa personnalité puisque d’après Condorcet, « les changements sur sa figure l’empêchaient de vouloir plaire1». À son retour de la guerre, il se consacre aux études scientifiques de toutes natures : mathématiques (coniques2), chimie (dendrites3), mécanique (tour à usiner4), physique (aiguille aimantée5), etc.

Il est nommé adjoint chimiste à l’Académie des sciences en décembre 1730. Mais très vite les voyages l’appellent. En mai 1731, il embarque sur un navire de Duguay-Trouin en Méditerranée, visite Alger, Tripoli, Alexandrie, Jérusalem, Chypre, Rhodes et séjourne cinq mois à Constantinople. De retour à Paris il présente à l’Académie une extraordinaire moisson d’observations, qui vont des sciences naturelles jusqu’à l’archéologie6.

C’est alors qu’il s’engage résolument aux côtés de Maupertuis et de Voltaire dans la querelle qui oppose cartésiens et newtoniens sur la forme de la Terre. Il est candidat enthousiaste pour l’une des expéditions scientifiques les plus périlleuses du XVIIIe siècle : mesurer l’arc du méridien à Quito, qui faisait partie à l’époque de la Vice-Royauté de la Nouvelle Grenade7.

Isaac Newton, dans les Principia, publiés en latin en 1687, décrit sa théorie de la gravité, et calcule avec les forces centrifuges dues à la rotation, et pour une Terre homogène, l’aplatissement de l’ordre de 1/250. Avec une forme de mandarine (oblate), enflée à l’équateur. Les Principia ont été traduits en français par Émilie du Châtelet, et publiés plus tard en 1759. Voltaire avait été convaincue par son amie Émilie. Par contre, certains scientifiques français développaient le clan « cartésien » adepte des théories scientifiques de Descartes et du mécanisme des tourbillons, et pensaient qu’au contraire la Terre était aplatie à l’équateur et enflée aux pôles (en forme de « citron », ou prolate).

 

Expédition géodésique française en Équateur (1735-1743)

En avril 1735, l’Académie des sciences, mandatée et financée par Louis XV, organise cette expédition au nord du Pérou afin de mesurer la longueur d’un arc de méridien d’un degré à proximité de l’équateur. Le roi Philippe V a accordé son soutien à l’expédition en août 1734, car pour lui il s’agit de faire progresser la cartographie indispensable à l’orientation et la navigation. C’est la première fois qu’un roi d’Espagne autorise des étrangers à voyager dans la Nouvelle-Grenade et c’est la première expédition scientifique au Nouveau Monde8.

L’expédition à Quito est officiellement dirigée par Louis Godin. Deux autres savants accompagnent La Condamine : Pierre Bouguer, astronome, et Joseph de Jussieu, médecin, naturaliste et frère des célèbres académiciens Bernard et Antoine de Jussieu.

Parallèlement, une autre expédition est envoyée près des pôles en Laponie, dirigée par Pierre Louis Maupertuis et à laquelle participent également Alexis Claude Clairaut et Pierre Charles Le Monnier, pour mesurer la longueur de plusieurs degrés de latitude orthogonaux au cercle arctique.

La Condamine embarque avec ses deux compagnons et le botaniste Joseph de Jussieu le 16 mai 1735 à la Rochelle, avec aussi un certain nombre de techniciens. Ils arrivent à Manta, port de la province de Quito le 10 mars 1736. De Manta, La Condamine prend un chemin séparé et ne rejoint Godin et Bouguer à Quito que le 4 juin 1736.

L’expédition de La Condamine se déroule dans un climat difficile au cœur de la cordillère des Andes, entre les villes de Quito (actuellement capitale de l’Équateur) et de Cuenca, 300 km au sud. Les Espagnols qui dirigent le pays sont assez hostiles à cette « compagnie de Français », venue observer et mesurer leur nouvelle colonie. Que des savants soient venus de France simplement pour mesurer des distances était incompréhensible aux Indiens et suspect aux Espagnols. Le vicaire de Cuenca les considérait comme des hérétiques, le peuple comme des sorciers, les gens éclairés comme des chercheurs d’or. L’hostilité générale est illustrée par plusieurs épisodes, la Condamine vend des bijoux ou des chemises pour obtenir des fonds qui manquent, il est poursuivi pour contrebande. Lors d’une course de taureaux, le chirurgien Seniergues est assassiné dans l’arène au cours d’une émeute populaire contre les Français, soulevée par leurs ennemis.

La Condamine, par son sens de l’organisation et des contacts humains, sauve du désastre l’expédition française qui, après bien des péripéties, obtient la mesure de trois degrés du méridien de Quito. Plus de deux cents ans plus tard, les géodésiens constatent que leurs mesures étaient d’une étonnante exactitude, largement supérieure à celles que Maupertuis avait effectuées en Laponie.

Mais l’expédition a aussi rencontré des difficultés internes.

Comme les subsides attendus de Paris n’arrivent pas, La Condamine se rend à Lima en Février 1737, pour récupérer des lettres de change sur une banque de Lima. Il prolonge son voyage pour observer l’arbre à quinquina mal connu des Européens. Il retourne à Quito en juin 1737. Entre temps, les mesures ont avancé. Mais Godin refuse de communiquer ses résultats à ses collègues. La Condamine et Bouguer collaborent ensemble. Les mesures géométriques de l’arc méridien prises dans un environnement montagneux sont particulièrement difficiles, elles se terminent en août 1739. Il restait à faire des mesures astronomiques des deux extrémités de l’arc. Mais les trois académiciens s’entendent de moins en moins. Godin continue à travailler seul. Quant Pierre Bouguer vérifie un calcul de La Condamine en décembre 1741 et y décèle une erreur, il la corrige de façon peu aimable, ce qui déclenche une nième dispute. Désormais, les deux académiciens travaillent séparément. Les travaux sont achevés en 1743.

Le résultat scientifique de l’expédition est clair, la Terre est en effet un sphéroïde aplati aux pôles comme l’avait énoncé Newton. La Condamine et Bouguer ne parviennent pas à s’entendre pour une publication commune. La mort de Bouguer en 1758 met fin à leur querelle. Godin pour sa part meurt en 1760. La Condamine, en partie en raison de son excellent naturel et de son don pour l’écriture, bénéficie du crédit de l’expédition quoique moins talentueux que Godin pour l’astronomie et que Bouguer pour les mathématiques.

Le retour en Europe se fait séparément pour les 3 académiciens. Bouguer rentre le premier et publie en 1746 son Traité du Navire. Godin est ruiné, et va rester encore 5 ans à Lima comme professeur et journaliste pour payer son retour. En 1743, La Condamine, choisit de traverser le continent pour rejoindre Cayenne, puis l’Europe en 1745.

Descente de l’Amazone (1743-1744)

Parti de Cuenca en mai 1743, La Condamine rejoint Cayenne en février 1744 en descendant le fleuve Amazone. Il est le premier scientifique à avoir effectué cette prouesse.

Ce voyage permit de dresser une carte du cours de l’Amazone, de décrire des espèces nouvelles comme le Pongo de Manseriche, l’arbre à caoutchouc et l’usage du curare, poison utilisé par les Amérindiens pour leurs flèches.

Il observe et explique le phénomène de la « pororoca », flux marin à l’embouchure de l’Amazone, qui se produit pendant les trois jours les plus proches de la pleine lune et de la nouvelle lune à l’occasion de la marée haute. C’est une vague de mascaret qui se forme à l’embouchure du fleuve. À Cayenne, il multiplie les expériences avec le docteur Jacques-François Artur et l’ingénieur du roi François Fresneau de La Gataudière.

Il revient à Paris en février 1745 en rapportant plus de deux cents objets d’histoire naturelle qu’il offre à Buffon. Il a décrit de nombreux animaux alors inconnus, dont le Colibri de Quito, le Condor des Andes, le Mico d’Amazonie, le Lamantin d’Amérique, le Perroquet jaune et le Jaguar du Brésil, l’oiseau Trompette de Guyane et le Tapir.

Il milite activement pour défendre l’inoculation contre la petite vérole. Il a observé cette méthode utilisée par les Indiens du Brésil pour immuniser contre cette maladie. Près de Lima, il étudie l’écorce de quinquina, un fébrifuge et antipaludéen, dont l’espèce porte son nom : Cinchona Condaminea. Il écrit un mémoire “Sur l’arbre du Quinquina”, qui sera publié par l’Académie des Sciences.

Mariage à 55 ans

Par dispense du Pape, obtenue lors d’un voyage en Italie, La Condamine épouse en octobre 1756 (à 55 ans) sa nièce et filleule Marie-Louise Charlotte Bouzier d’Estouilly. Dès lors La Condamine se repose une grande partie de l’année dans le château des Bouzier d’Estouilly en Picardie. Ce château fut détruit lors des bombardements allemands sur la Somme en mars 1917.

 

Quelques années après son retour du Pérou, La Condamine est atteint de surdité, probablement à la suite de ses escapades en haute altitude dans les Andes. Pour mieux entendre il utilise bientôt un cornet acoustique, instrument qui le rendra célèbre dans les rues de Paris.

 

Il est élu à l’Académie française en 1760 et reçu par Buffon.

Par ses observations et ses écrits sur la botanique, la zoologie et la géographie de l’Équateur et de l’Amazonie, La Condamine est considéré comme un précurseur de Humboldt.

 

Françoise Combes

La rédaction de ce billet fait suite à une présentation de La Condamine réalisée lors d’une réunion du comité secret de l’Académie des sciences, le 9 janvier 2024.

 


Retrouvez les archives de La Condamine à l’Académie des sciences, dossier 50J !


Crédits des illustrations

  • Figure 1 : L’expédition de La Condamine en Équateur (1735-1743). Carte réalisée par l’autrice (CC-BY 4.0).
  • Figure 2 : La descente de l’Amazone par La Condamine (1743-1745). Carte réalisée par l’autrice (CC-BY 4.0).
  • Figure 3 : Ficus Elastica, ou Arbre à caoutchouc. Planche extraite de l’ouvrage de Franz Eugen Köhler Köhler’s Medizinal-Pflanzen (1897). Domaine public. 
  • Figure 4 : Carquois et fléchettes imprégnées de curare, XIXe siècle. Conservés au musée d’ethnographie de Genève. Crédit : Rama (CC-BY-SA). 
  • Figure 5 : L’agami trompette ou trompette de Guyane (Psophia Crepitans). Crédit: Jutta234 (CC-BY-SA).
  • Figure 6 : Jeune spécimen de Tapir du Brésil (Tapirus Terrestris). Crédit: Bradypus (CC-BY-SA).
  • Figure 7 : Écorces de quinquina (Cinchona officinalis, Rubiacées). Crédit : H. Zell (CC-BY-SA).
  • Figure 8 : Carte postale du château d’Estouilly, près de Ham (Somme). Il n’en reste plus rien aujourd’hui.
  • Figure 9 : Détail du tableau Lecture de la tragédie “L’orphelin de la Chine” de Voltaire dans le salon de madame Geoffrin, par Anicet Charles Gabriel Lemonnier (1812). La Condamine y est représenté avec son cornet acoustique. Domaine public.



Citer ce billet
fcombes (2024, 31 mai). Les grandes aventures scientifiques du XVIIIe siècle : Charles Marie de La Condamine (1701-1774). Vie des sciences. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rsf

  1. Éloge de M. de La Condamine“, Histoire de l’Académie royale des sciences, année 1774, 1778, p. 85-121. []
  2. Sur une nouvelle manière de considérer les sections coniques“, Mémoires de l’Académie des sciences, année 1731, 1734, p. 240-249. []
  3. Sur une nouvelle espèce de végétation métallique“, Mémoires de l’Académie des sciences, année 1731, 1734, p. 466-482. []
  4. “Recherches sur le tour”, Mémoires de l’Académie des sciences, année 1734, 1736, premier mémoire p. 216-258, deuxième mémoire p. 295-340. []
  5. Nouvelle manière d’observer en mer la déclinaison de l’aiguille aimantée“, Mémoires de l’Académie des sciences, année 1732, 1736, p. 446-456. []
  6. Observations mathématiques et physiques faites dans un voyage du Levant en 1731 et 1732“, Mémoires de l’Académie des sciences, année 1732, 1735, p. 295-322. []
  7. Dossier La Condamine en Amazonie du projet France-Brésil, BnF, 2009 []
  8. “La Condamine : tribulations d’un savant en Amérique (1735-1745)”, émission Rencontre avec un académicien, interview de Matthias Soubise, 24 mars 2022 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search