Marie Curie, Irène Joliot-Curie, et la promotion des femmes dans la science

Portrait de Marie Curie et ses filles, 1908.
Marie Curie et ses deux filles, Irène (à droite) et Eve (à gauche), en 1908. Source : Musée Curie (coll. ACJC).

 

 

En 1673, François Poullain de La Barre fait paraître anonymement un texte révolutionnaire : De l’égalité des deux sexes, discours physique et moral où l’on voit l’importance de se défaire des préjugez. Il démontre à travers une analyse rationnelle que l’inégalité de traitement que subissent les femmes n’a pas de fondement naturel, mais procède d’un préjugé culturel.

Poullain de La Barre préconise que les femmes reçoivent une éducation leur donnant accès, comme les hommes, à tous les domaines de la connaissance. Auteur de la formule « l’esprit n’a pas de sexe », il analyse toutes les stratégies mises en œuvre par les hommes pour maintenir leur suprématie.

Si l’on considère l’histoire des sciences pendant le dix-neuvième et le début du vingtième siècles, période marquée par l’émergence de la science moderne, on peut constater que ces stratégies se sont révélées redoutablement efficaces, car peu de femmes ont eu accès à la pratique d’une activité scientifique. Une analyse du parcours des femmes qui ont marqué l’histoire de la science de cette époque montre que pour la plupart, leurs contributions ont été reconnues et mises en valeur uniquement grâce à quelques hommes jouissant d’une réputation scientifique bien établie. Ces hommes, qui ont eu le courage de s’opposer aux préjugés dominants, ont puissamment contribués à la reconnaissance de l’égalité entre les sexes. Rappelons cependant la mise en garde formulée par Poullain de la Barre :

Tout ce que les hommes disent sur les femmes est suspect car ils sont à la fois juges et parties.

Le prix Nobel de Marie Curie, un combat

Lorsque Pierre Curie, déjà auteur de nombreuses découvertes, rencontre Marie Skłodowska, alors jeune étudiante polonaise, il n’est pas mieux préparé que la plupart des hommes de l’époque à envisager la possibilité pour une femme de s’engager dans une carrière scientifique. Jeune homme, il avait décidé qu’il ne se marierait jamais car il pensait qu’un lien affectif avec une femme lui interdirait de se consacrer pleinement à la science. Dès leur première rencontre, il tombe amoureux de Marie mais comprend également que celle-ci, bien au contraire, partagera avec lui son rêve scientifique.

Il faut souligner que les personnalités de Pierre et Marie sont très dissemblables. Pierre Curie est un rêveur, un poète de la science qui n’aurait probablement pas satisfait aux critères de sélection particulièrement absurdes en pratique dans le monde scientifique actuel. En revanche, Marie était une combattante, qui se serait très probablement adaptée face à ces mêmes contraintes. Pierre Curie réussit tout d’abord à convaincre Paul Schützenberger, directeur de l’École supérieure de physique et chimie industrielles de la ville de Paris (ESPCI), d’autoriser Marie à préparer une thèse dans son laboratoire. Marie choisi l’étude des rayons uraniques comme sujet de thèse, et après 4 mois de travail, sa première publication est signée d’elle seule, bien que la contribution de Pierre Curie à la réalisation des techniques nécessaire à la détection de la radioactivité ait certainement été essentielle.

Pierre Curie tient à ce que le mérite de ce travail revienne uniquement à Marie. Convaincu de l’importance de ce sujet de recherche, il se consacre alors presque exclusivement à cette collaboration, qui conduit à la découverte du polonium et du radium. Pierre Curie apprend alors qu’il est envisagé de lui décerner le prix Nobel de Physique, en commun avec Henri Becquerel. L’Académie des sciences française n’est pas étrangère à ce projet, car plusieurs académiciens avaient signé une pétition dans ce sens. Pierre Curie engage alors un combat pour que ce prix Nobel soit également attribué à Marie Curie. Il tente en particulier de mobiliser l’Académie en écrivant une lettre à Henri Poincaré, où il souligne la contribution essentielle de Marie dans cette découverte. Mais, c’est finalement grâce à l’intervention d’un mathématicien suédois, Gösta Mittag-Leffler, que le prix Nobel est finalement attribué à Henri Becquerel d’une part et Pierre et Marie Curie d’autre part. Il faut souligner que Mittag-Leffler avait déjà manifesté ses convictions féministes en faisant nommer plus de dix ans auparavant une mathématicienne russe : Sofia Kovalevskaïa, professeur à l’université de Stockholm.

L’attribution d’un prix Nobel à Marie Curie représente une étape décisive, qui a clairement démontré le rôle que les femmes peuvent et doivent jouer dans le progrès de la science. C’est certainement grâce à ce prix Nobel que Marie Curie est nommée professeur à la Faculté des sciences de Paris après la mort accidentelle de Pierre Curie.

Marie Curie démontre alors ses talents d’organisatrice et sa force de persuasion en réussissant à mobiliser l’Université de Paris, l’Institut Pasteur et plusieurs généreux donateurs pour créer l’Institut du radium, qui comportera deux laboratoires l’un se consacrant à l’étude de la radioactivité et l’autre à l’étude des effets biologiques des radiations et au développement de la curiethérapie du cancer. Ce sont ces laboratoires qui donneront plus tard naissance à l’Institut Curie.

En dépit de ses succès, Marie Curie est alors victime d’une campagne de presse particulièrement ignoble, suite à une correspondance qu’elle avait échangée avec Paul Langevin. Cette campagne de presse conduit le gouvernement à envisager sa révocation de son poste de professeur et son renvoi en Pologne, témoignant à quel point les préjugés dénoncés par Poulain de la Barre deux siècles auparavant étaient toujours d’actualité. Il faut rendre hommage au combat mené par nombreuses personnalités et amis, en particulier Émile Borel et son épouse Marguerite Borel, ainsi que Jean Perrin et André Debierne pour que ce projet, qui aurait déshonoré notre pays, n’aboutisse pas. En 1911, le comité Nobel décide d’attribuer un second prix Nobel à Marie Curie. En pleine tourmente médiatique liée à l’affaire Langevin, l’académicien Svante Arrhenius conseille à Marie de surseoir à la remise du prix. Marie Curie ne cède pas et, soutenue par Mittag-Leffler, décide de se rendre à Stockholm avec sa fille Irène pour recevoir ce prix qu’elle estime à juste titre mérité.

Pendant la Grande Guerre, Marie Curie se consacre essentiellement à la création d’un service radiologique de secours aux blessés. Une fois encore, elle démontre son courage et ses capacités d’organisatrice et réussit à s’imposer dans le monde masculin des chirurgiens et de la médicine militaire, au point d’obtenir l’autorisation d’intervenir près du front.

Ce n’est qu’après la guerre que l’Institut du radium entre en pleine activité, accueillant de nombreuses femmes et de nombreux chercheurs étrangers. En 1922, Marie Curie est invitée avec ses deux filles aux États-Unis pour recevoir un gramme de radium, financé par une campagne auprès des femmes américaines organisée par une journaliste, Marie Mattingly Meloney. Ce gramme de radium lui est remis symboliquement à la Maison Blanche par le président des Etats-Unis, Warren Harding. Le retentissement médiatique de cette visite marque l’apparition du mythe qui s’est progressivement formé autour de la vie et l’œuvre de Marie Curie. Jusqu’à à la fin de sa vie, elle assure avec efficacité et détermination la direction de l’Institut du radium, qu’elle maintient au plus haut niveau des laboratoires se consacrant à l’étude de la radioactivité.

Bien que Marie Curie ne se soit jamais impliquée dans les mouvements féministes de l’époque, son exemple marque une étape décisive dans la reconnaissance de l’égalité entre les femmes et les hommes. Marie Curie inspire encore aujourd’hui d’innombrables livres, œuvres cinématographiques ou télévisuelles. Cette exceptionnelle notoriété ne peut s’expliquer uniquement par son œuvre scientifique. Le courage, la détermination dont elle a fait preuve pour s’imposer face aux préjugés de l’époque en font un symbole de l’émancipation des femmes qui dépasse largement le domaine de la science.

 

Irène Joliot-Curie, scientifique engagée

Irène Joliot-Curie est la fille de Marie Curie, seconde femme à recevoir un prix Nobel scientifique qu’elle partage avec son époux Fréderic Joliot. Au début de la Grande Guerre, alors qu’elle n’avait que 17 ans, Irène, en vacances en Bretagne, parvient à convaincre sa mère de l’autoriser à la rejoindre sur le front pour participer au développement des équipes radiologiques. Après une formation rapide, elle collabore avec Marie. Elle fête l’anniversaire de ses 18 ans à proximité du front, en l’absence de sa mère, seule responsable d’une unité radiologique. La question de savoir comment Irène, qui avait toujours vécu dans un environnement protégé et isolé du monde extérieur, a pu aussi rapidement s’imposer à des chirurgiens militaires peu disposés à accepter d’être guidés dans leur interventions par une jeune fille de moins de 18 ans, est toujours ouverte… Quand on l’interrogeait pour comprendre comment sa mère lui avait laissé, à son âge, assumer de telles responsabilités, Irène répondait, avec une franchise quelque peu ingénue :

Ma mère ne doutait pas plus de moi qu’elle ne doutait d’elle-même.

Pendant les dernières années de la guerre, Irène commence à préparer deux licences, en Physique et en Mathématiques, tout en partageant son temps entre ses études et ses activités dans le domaine de la radiologie de guerre.

En 1921, elle débute ses recherches à l’Institut du radium. Il est très probable qu’elle n’ait pas eu conscience de l’exceptionnel privilège que représentait pour une femme à cette époque le fait d’entamer aussi facilement une carrière scientifique. En 1924, peu de temps avant la soutenance de sa thèse, Marie Curie recrute comme préparateur particulier un jeune et brillant ingénieur de l’ESPCI : Fréderic Joliot, que lui avait recommandé Paul Langevin. Marie confie à sa fille la formation de ce jeune ingénieur, mais les premiers contacts se révèlent plutôt difficiles, à tel point que Frédéric envisage de quitter le laboratoire.

À l’image du couple formé par Pierre et Marie Curie, la psychologie de ces deux fortes personnalités est radicalement différente. Irène avait reçu une éducation qui ne la prédisposait pas à établir aisément des relations humaines. Elle raisonnait lentement mais sûrement, et présentait probablement beaucoup de points communs son père, Pierre Curie. Frédéric était un séducteur dans tous les sens du terme, apte à établir des relations chaleureuses avec des milieux sociaux très différents. Il foisonnait d’idées de manière parfois plus désordonnée. Mais il a rapidement compris que, sous son apparente froideur, Irène cachait une grande sensibilité, et leurs relations se sont rapidement améliorées, au point que deux ans plus tard, Irène annonçait à sa mère ses fiançailles avec Frédéric.

Beaucoup sont tentés d’établir un parallèle entre ces deux couples, Pierre et Marie Curie et Irène et Fréderic Joliot-Curie, tous nobélisés à quelques dizaines d’années d’intervalle. Mais contrairement aux premiers, les statuts respectifs des seconds au moment de leur rencontre sont totalement opposés. Irène Curie terminait une thèse de doctorat, alors que Frédéric Joliot n’était pas titulaire du second baccalauréat et devait donc terminer ses études en parallèle de son activité scientifique. C’était, à l’époque, une situation exceptionnelle dans les relations entre une femme et un homme, mais que l’un comme l’autre ont su pleinement assumer. Marie Curie a probablement été surprise, pour ne pas dire réticente, vis-à-vis de ce couple qui paraissait à beaucoup comme quelque peu dépareillé. Peut-être également était-elle inquiète de voir s’éloigner d’elle sa collaboratrice préférée. Par son dynamisme et son enthousiasme, Fréderic Joliot s’est cependant rapidement imposé après de Marie qui a fini par conclure à son sujet :

Ce garçon est un véritable feu d’artifice.

Comme dans le cas de Pierre et Marie Curie, ce sont les contradictions entre ces deux personnalités qui se sont révélées complémentaires. Ces deux couples me semblent symboliser l’égalité entre les femmes et les hommes, démontrant également qu’égalité n’est pas synonyme d’identité. La collaboration entre Irène et Frédéric Joliot-Curie s’est traduite par la période la plus productive et la plus heureuse de leur vie, collaboration qui a conduit à la découverte de la radioactivité artificielle, couronnée par l’attribution du prix Nobel. Ce succès a malheureusement marqué la fin de leur fructueuse collaboration, les conduisant à assurer l’un et l’autre, des responsabilités dans des laboratoires différents.

Contrairement à sa mère, Irène Joliot-Curie a toujours assumé publiquement des positions féministes qui se sont concrétisées au moment du Front Populaire quand le président du conseil, Léon Blum, lui propose ainsi qu’à deux autres femmes, Cécile Brunschvicg et Suzanne Lacore, d’être ministres dans son nouveau gouvernement. Irène, qui n’avait aucun goût pour le pouvoir, accepte tout en avertissant Léon Blum qu’elle démissionnera à brève échéance et qu’elle souhaite être remplacée par Jean Perrin. Elle avait perçu la force du symbole et considérait que l’acceptation, même provisoire, d’une telle fonction ferait progresser la notion d’égalité entre les femmes et les hommes. Avant de démissionner, elle a eu le temps de jeter les bases d’une profonde réforme du mode d’organisation et de financement de la recherche, réforme que Jean Perrin avait déjà anticipée et qu’il a su mener à bien. Cette réforme a conduit à la création du Centre National de la Recherche Scientifique.

 

 

Il est intéressant d’évoquer l’itinéraire de la seconde fille de Pierre et Marie Curie : Ève Curie, qui n’a jamais affiché de convictions féministes mais a choisi, comme sa mère, de prêcher par l’exemple. Son engagement pendant la Seconde Guerre mondiale, d’abord comme correspondante de guerre puis comme Officier de l’Armée Française qui a débarqué sur les côtes de Provence, témoigne de son courage et de sa détermination.

 

Irène Joliot-Curie a assumé des responsabilités importantes, tout d’abord comme sous-directrice puis comme directrice de l’Institut du radium, tout en poursuivant ses activités de recherche et ce en dépit de son mauvais état de santé. Comme sa mère, Irène Joliot-Curie n’a pas été élue à l’Académie des Sciences. Il fallut attendre plus de vingt ans pour qu’une première femme, Yvonne Choquet-Bruhat, soit enfin élue.

Irène Joliot-Curie a rapidement pris conscience que le développement de l’Institut du radium, et plus généralement de la Faculté des sciences, ne pouvait être envisagé dans le cadre restreint des surfaces dont la Faculté disposait à Paris. Après un premier combat perdu pour récupérer les surfaces occupées par la Halle-aux-vins, elle s’est lancée dans une prospection des espaces potentiellement disponibles à proximité de Paris. Je lui ai servi de chauffeur et nous avons ainsi visité de nombreux sites potentiels, ce qui nous a conduit à Orsay, où se trouvait un grand domaine mis sous séquestre, qui appartenait à Maurice Bunau-Varilla, ancien directeur du journal collaborationniste Le Matin. Ma mère m’a intimé l’ordre d’escalader une fraction endommagée des grilles qui entouraient cette propriété pour visiter ce terrain qui s’est révélé une jungle impénétrable. Elle a immédiatement engagé les démarches pour récupérer ce domaine, démarches qui n’ont abouti qu’après de nombreuses années. Cette dernière contribution d’Irène Joliot-Curie montre qu’elle a toujours assumé avec succès sa part de responsabilité pour faire progresser l’organisation de la science française.

Après la mort d’Irène, Fréderic a repris le flambeau et le Laboratoire de Physique Nucléaire a été finalement construit à Orsay, mais à l’extérieur du domaine. Bien que professeur au Collège de France, il a tenu à reprendre l’enseignement que sa femme assurait en tant que professeur à l’Université, comme l’avait fait, un demi- siècle auparavant, Marie Curie après le décès de Pierre.

Aujourd’hui le combat pour promouvoir l’égalité entre les femmes les hommes est loin d’être gagné et reste donc d’actualité. Si les structures universitaires et de recherche ainsi que les Académies ont largement évolué, c’est la persistance dans notre société des préjugés, que dénonçait il y a plus de deux siècles Poullain de la Barre, qui reste le principal obstacle à une progression vers plus d’égalité.

En organisant cette réunion, l’Académie des Sciences témoigne des progrès qu’elle a elle-même accomplis, progrès auxquels auront largement contribué Marie Curie et d’Irène Joliot-Curie.

 

Pierre Joliot

 

La rédaction de ce billet fait suite à la conférence Marie Curie, les femmes et les sciences, qui s’est tenue le 15 novembre 2022 à l’Académie des sciences (voir la captation vidéo de cette conférence).


Crédits des illustrations



Citer ce billet
Pierre Joliot (2024, 23 avril). Marie Curie, Irène Joliot-Curie, et la promotion des femmes dans la science. Vie des sciences. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search