Les femmes de science et la reconnaissance académique

Yvonne Choquet-Bruhat, première femme académicienne, ici à l'université de Berkeley en 1974. Crédit : George M. Bergman, CC-BY-SA 4.0.

 

On le sait : il existe des femmes de science depuis l’Antiquité1.

En 1666, date de la création de l’Académie des sciences, Marie Meurdrac re-publie la Chymie des dames. Mais ce n’est pas parce que l’on publie un ouvrage de chimie que l’on peut être reconnu comme chimiste par la communauté savante.

Pour pénétrer la noble Académie des sciences, il faudra au fil des années, des siècles et du développement des études supérieures, prouver que l’on possède un savoir indéniable mais aussi que l’on peut apporter sa brique à la construction de l’édifice de la connaissance de la nature.

Si au début du 19e siècle la preuve de ce savoir pouvait encore être apportée par sa pratique scientifique, à la fin du 19e, siècle la toute-puissance des diplômes s’affirme2.

Or ce n’est que dans la 2e moitié de ce siècle que l’on va permettre aux Françaises de pénétrer les portes des facultés3. Rappelez-vous : c’est en 1880, il y a 142 ans, que l’enseignement secondaire est créé pour les jeunes filles ; mais ce n’est qu’en 1924, il y a moins de 100 ans, que cet enseignement et celui des garçons sont sanctionnés par un même diplôme. Il y a seulement 50 ans que les femmes sont acceptées dans l’une des plus élitistes écoles, l’École polytechnique. Comment s’étonner alors que seules trois femmes aient obtenu un doctorat en science avant le 20e siècle ?

En 1911 une dizaine de femmes seulement sont docteur ès sciences des facultés françaises4. Alors quelle femme en ce début de siècle dernier aurait pu prétendre un fauteuil d’académicien, à part Marie Curie ? Parmi les sept premières docteurs, trois, en plus de Marie Curie, ont continué la recherche et intégré la communauté savante :

  • Dorothée Klumpke, première docteur ès sciences mathématiques, est astronome, directrice du bureau des mesures de l’observatoire de Paris ;
  • Fanny Bignon est une zoologiste également assez reconnue pour avoir eu une place de choix à la Société zoologique de France ;
  • Clotilde Deflandres a tout de même plus de diplômes que beaucoup d’hommes, puisqu’elle possède un doctorat en science et un autre en médecine et poursuit une belle carrière de recherche.

Toutes les autres se sont détournées de la recherche pour l’enseignement secondaire et/ou la vie de foyer.

Est-ce à dire que le vivier n’existait pas ? On ne peut pas dire ça. Pas tout à fait. Il y a aussi encore des autodidactes comme Jeanne Villepreux (1794-1871) ou Clémence Royer (1830-1902) qui sont largement reconnues par la communauté scientifique. Clémence Royer a tout de même reçu la Légion d’honneur pour ses travaux scientifiques. Et puis, il y a les étrangères qui ont fait leurs études en France et qui, nationalisées françaises ou non, occupent des postes rares dans le milieu scientifique comme Augusta Klumpke (1859-1927), Josepha Iotecko (1866-1928) ou Liouba Bornicker (1860-1903). Leurs admissions dans des sociétés savantes de renom, prouvent la reconnaissance scientifique de leurs pairs. De même la publication de leurs notes dans les Comptes rendus de l’Académie des sciences montre la considération que leur portent les Académiciens. Enfin, preuve encore plus évidente, ce sont les prix que l’Académie des sciences leur attribue. En effet, dès la seconde moitié du 19e Siècle, l’Académie des sciences décerne de nombreux prix à des femmes, reconnaissant ainsi la pertinence de leurs recherches scientifiques.

L’Académie des sciences n’a jamais élu aucune de ces femmes. Il faut dire que jusqu’en 1934, date du décès de Marie Curie, il est difficile d’élire une femme quand la double nobélisée Marie Curie ne l’est pas. Il faut dire aussi qu’aucune n’a jamais candidaté. Cela étant, il s’agit là d’un raisonnement un peu simplet car pour candidater, il faut être évidemment invité à le faire. Mais, bref, le fait est là : il y avait peu de femmes de sciences à cette époque dont les travaux étaient reconnus des savants. Il y en avait peu, mais il y en avait.

Mais cet état de fait n’est pas que féminin. Le vivier masculin n’est lui non plus pas très large. En 1903, date de soutenance de Marie Curie, seules 32 thèses de sciences ont été soutenues sur toute la France. Ce ne sera qu’après la Seconde Guerre mondiale que le nombre de doctorats en science par an dépassera la centaine. Au début du 20e siècle, la France reste très largement peu bachelière. Que ce soit pour les hommes ou pour les femmes, iels sont quasi tous issus des milieux très privilégiés. Les chaires, comme les fauteuils, se transmettent de maître à disciple ou de père à fils5. L’Académie des sciences reste une académie de dynasties, et ce même après les Trente Glorieuses et la démocratisation de l’enseignement secondaire. Les académiciens reproduisent des académiciens. Prétexter d’un vivier très faible de femmes de sciences n’est donc en aucun cas une justification dans ce contexte, puisque le vivier d’hommes est lui aussi socialement très restreint.

Et puis, en ce début de siècle dernier, l’Académie des sciences aurait pu choisir d’élire les femmes correspondantes ou membres étrangères. En effet, à l’étranger comme en France, c’est à la fin du 19e et surtout au début du 20e siècle que l’on voit apparaître dans la presse les noms de Hertha Ayrton, Sophia Kovalevskaïa, Maria von Linden, Emmy Noether et d’autres qui ont marqué l’histoire des sciences de leur pays d’origine ou d’adoption. L’Académie des sciences française n’a pas fait ce choix.

Pourtant, Marie Curie, elle, au tout début du 20e siècle, a été élue membre étrangère de nombreuses académies des sciences nationales, dès 1904. Elle est admise dans les académies des sciences de Russie, de Grande-Bretagne, de Pologne mais aussi du Mexique puis d’Argentine, d’Italie, de Tchéquie, des États-Unis, etc6. Est-ce à dire que l’Académie des sciences française est bien conservatrice par rapport aux autres académies européennes ? On peut le dire, la majorité des académies européennes ont admis des femmes avant la Seconde Guerre mondiale. Ce qui est intéressant ici, c’est de constater qu’il n’y a pas de linéarité historique entre l’ouverture de l’enseignement supérieur et la reconnaissance académique.

Si on regarde la situation au niveau européen, on s’aperçoit qu’il n’y a pas de parallèle à faire entre la précocité des ouvertures universitaires aux femmes et leur intégration dans les académies nationales7. Il serait ici trop long de parler des exceptions que sont l’Italie et la Suède, qui admettent des académiciennes avant même d’admettre des étudiantes8. Mais en général, c’est évidemment l’inverse. Dans certains pays, il n’y aura que 10 ans d’écart entre l’ouverture des universités et l’admission d’académiciennes, et dans d’autres pays comme la France, c’est plus de 100 ans qu’elles devront attendre9.

Ainsi, reconnaître les travaux scientifiques des femmes : oui ; reconnaître les autrices de ces travaux comme égales des hommes : non.

Qu’elle soit précoce ou tardive, la nomination de la première académicienne se fait à titre exceptionnel et n’est renouvelée pour une deuxième femme que 10, 20 voire 30 ou 40 ans après. L’heureuse élue bénéficie alors de deux sortes de soutien. Rappelez-vous : Charcot signe la pétition en faveur de l’admission des femmes à l’internat car, dit-il, pour être interne, il faut avoir l’esprit vif. Or, jamais plus d’une poignée de femmes n’auront cette vivacité d’esprit.

Première forme de soutien : devant l’importance de certains travaux réalisés par des femmes, certains savants admettent non pas les capacités des femmes dans le travail scientifique, mais l’existence d’une monstruosité intellectuelle exceptionnelle de quelques femmes, qui justifie qu’on puisse les accepter au sein de l’Académie. Il n’est pas loin le temps où l’on parlait des femmes médecins comme des monstruosités androgynes qui avaient perdu toute féminité. Pour d’autres, deuxième forme de soutien : reconnaître le travail scientifique des femmes relève d’un combat politique et social10. Qu’elles soient admises ou non dans des académies, qu’elles aient des postes de professeurs dans les universités ou non, les premières femmes reconnues pour leurs travaux scientifiques l’ont été parce qu’il y a eu des hommes qui ont milité pour que cette reconnaissance ait lieu. La reconnaissance des travaux scientifiques des femmes n’est pas une question propre aux femmes, c’est une question du genre humain.

C’est grâce au militantisme de certains hommes que les femmes ont pu rentrer dans les universités françaises. Ils s’appellent Wurtz, Sainte-Claire Deville, Gautier, Poubelle, Martin et autres. C’est grâce au militantisme d’homme comme Mittag Leffer, Rutherford, Meyer, Einstein, Curie, que les travaux des Kovalevskaïa, Royer, Curie, Meitner et autres ont pu être reconnus.

En 1911, Émile Roux « ne reconnaît pas de sexe aux découvertes ». Pourtant, en 1911, parmi la moitié des hommes qui ont voté pour l’admission de Marie Curie à l’Académie des sciences, beaucoup le font à titre d’exception, et ne sont pas prêts à accepter la règle. Encore en 1922 : « quelle autre femme en eût été digne », dit Chauffard à l’admission de Marie Curie comme académicienne de médecine.

Au fur et à mesure de l’avancée dans le siècle, les femmes scientifiques sont de plus en plus nombreuses. Il n’est plus possible de penser l’exception. Les Wurtz, les Haller, les Lippman sont décédés. La crise économique est passée par là, et la femme scientifique devient non plus une fierté nationale, mais plutôt une concurrente sur le marché du travail. A partir des années 1930, nombreuses sont les scientifiques qui commencent à percer au niveau de leur carrière. Pierre Joliot a parlé de sa mère, Irène, qui a postulé quatre fois à l’Académie des sciences sans jamais avoir été élue. Je pourrais parler d’Éliane Lebreton, directrice de recherche, professeur universitaire dont le travail a largement été consacré par des prix de l’Académie. Mais je préfère parler de Pauline Ramart Lucas, qui a postulé également plus de quatre fois à l’Académie des sciences, sans jamais avoir été élue. Pourtant, l’Académie des sciences n’a pas été avare sur le nombre de prix prestigieux qu’elle lui a attribué : Pauline Ramart Lucas en a obtenu six, dont deux fois la médaille Berthelot et deux fois le prix Cahours. Mais voilà : admettre une Irène Joliot-Curie, une Pauline Ramart Lucas ou encore une Éliane Lebreton, ce n’est plus admettre une femme exceptionnelle, c’est admettre une nouvelle génération de scientifiques dont le sexe est féminin.

Petit à petit, la capacité intellectuelle des femmes n’est plus remise en question. Preuve en est, non pas Marie Curie, mais les 30% d’étudiants de sexe féminin qui fréquentent la Faculté des sciences en 1935. Parmi celles-ci, nombreuses seront, après-guerre, directrices de recherche ou même professeurs d’université. Même si, pour contrer cette évolution, l’on invente l’existence d’un cerveau féminin opposé à un cerveau masculin, l’évidence est là : en matière de femmes de sciences, l’exception devient la règle. Devant l’accroissement quantitatif et professionnel de ces femmes, l’Académie des sciences protège ainsi sa caste, son pouvoir, sa domination masculine sur la science en général par la non-élection de femmes. Elles deviennent trop nombreuses et les places sont rares.

Pourtant, il faut bien s’y faire. Être une des dernières académies d’Europe à accepter les femmes ne permet pas de montrer un progressisme politiquement correct. En 1962, Marguerite Perey devient la première femme correspondante de l’Académie des sciences française. Pas de bruit dans la presse. Il faut attendre 1979, pour qu’une femme, Yvonne Choquet Bruhat, soit pour la première fois membre titulaire de la compagnie. Pour l’occasion, Valéry Giscard d’Estaing, alors président de la République, participe à la séance. Il précise en tout premier point : « il s’agit pour le rayonnement de l’Académie des sciences d’accueillir les deux sexes ». En accueillant madame Choquet Bruhat, l’Académie s’ouvre aux mérites des femmes de sciences.

De 1979 à 2000, l’Académie n’élira que cinq femmes membres, et quelques associées étrangères. Nous sommes encore loin de la règle. Cependant, durant ces vingt dernières années, les élections d’académiciennes se succèdent. En janvier 2019, selon Leridon, on compte 32 femmes sur les 270 membres et 13 associées étrangères. Il est vrai que numériquement c’est encore peu. L’excuse de la petitesse du vivier est encore présente. On élit peu de femmes scientifiques car il y en a peu. En témoigne le faible pourcentage des femmes directrices de recherche ou professeurs des universités. Cette excuse ne sert qu’à se focaliser sur l’arbre qui cache la forêt.

Reconnaissons d’une part que ce pourcentage de 12% d’académicienne des sciences est supérieur à celui de l’Académie de médecine, filière pourtant majoritairement féminine. D’autre part, il faut le dire : même si le vivier est petit en regard de l’élite scientifique masculine, il est assez grand pour que la compagnie soit uniquement féminine. Ce qui serait une autre discrimination. Pour justifier cette faible représentation, on vous parlera de l’effet Mathilda, très à la mode actuellement. On évoquera un angle unique de cet effet : celui de la mise en retrait des femmes par elles-mêmes. Il y a peu, en 2019, le CNRS, devant son faible résultat en matière de parité, écrivait aux femmes (et aux femmes uniquement) que ce piteux résultat était la conséquence de l’effacement des femmes qui ne candidataient pas aux postes les plus élevés, oubliant que le CNRS offrait plus de postes élevés dans les disciplines numériquement masculines, et laissant aux disciplines majoritairement féminines les postes les moins valorisés. Je voudrais ici évoquer la mémoire de Claudine Hermann. Recrutée comme maître de conférences à l’X, elle me racontait n’avoir même pas eu l’idée de candidater au poste de professeur qui se libérait en 1989/1990. Son travail lui plaisait, lui laissant du temps pour sa vie privée, et tout allait très bien ainsi. Ce sont ses collègues masculins qui lui ont d’abord émis l’idée qu’elle pouvait postuler. Devant son hésitation, ce sont eux qui l’ont ensuite poussée. L’effet Mathilda de l’effacement volontaire des femmes existe réellement. Mais est-il, là encore, une question uniquement féminine ? Vu le fort pourcentage d’hommes à l’Académie, c’est leur action, leur vote qui domine encore. C’est donc aussi à eux d’être des Haller, des Appell ou des Lippmann, en suscitant des candidatures féminines, et en allant les chercher. Cela est d’autant plus vrai aujourd’hui qu’il y a trente ans. Car on le sait : le vivier rétrécit. L’Académie des sciences est une société élitiste par définition. Or, les études sociologiques le montrent : plus cette reproduction de l’élite est forte, plus elle est défavorable aux femmes.

Pour finir, je me permettrai juste un aparté, une opinion en ce sens. Au début du siècle dernier, ce sont les académiciens qui recevaient le Prix Nobel, exception faite pour Marie Curie et sa fille. Depuis l’après-guerre, le mécanisme s’est inversé : ce sont les Nobelisés qui deviennent académiciens ou académiciennes. On peut s’interroger sur cet état de fait en invoquant le prisme de la reproduction des élites, notamment en constatant l’existence encore aujourd’hui de dynasties d’académicien(ne)s. Ces dernières années, pour élire autant de femmes, l’Académie a dû regarder en dehors du cercle très restreint des familles de savants, tout en restant dans le cercle de plus en plus fermé socialement des grandes écoles.

En 2021, Edith Bougouma notait que

La proportion de femmes scientifiques est de 29,3% dans le monde, et légèrement plus élevée en Afrique subsaharienne : 31,8%.

Je n’ai vu aucune scientifique subsaharienne parmi les associées étrangères. Peut-être que pour s’ouvrir encore plus aux femmes, il faut s’ouvrir au monde.

 

Natalie Pigeard

 

 

La rédaction de ce billet fait suite à la conférence Marie Curie, les femmes et les sciences, qui s’est tenue le 15 novembre 2022 à l’Académie des sciences (voir la captation vidéo de cette conférence).


Crédits des illustrations

  • Figure 1 : Dorothea Klumpke Roberts, astronome. CC0 (source).
  • Figure 2 : Portrait de Hertha Ayrton, mathématicienne et inventrice. Girton College, Université de Cambridge. CC0 (source).
  • Figure 3 : Marguerite Perey, chimiste. Portrait par l’artiste Waltercolor. CC-BY-SA 4.0 (source).


Citer ce billet
Natalie Pigeard-Micault (2024, 24 avril). Les femmes de science et la reconnaissance académique. Vie des sciences. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qif

  1. Voir les différents dictionnaires de femmes scientifiques, dont Adeline Crépieux, Petit dictionnaire illustré des femmes scientifiques, Ellipse, 2023. []
  2. Voir les histoires de l’enseignement ou de l’université et des élites intellectuelles, par ex. Pierre Verschueren, La thèse et le doctorat : socio-histoire d’un grade universitaire (XIXe-XXIe siècles) – Introduction, document de travail en pré-publication, janvier 2023 ; Jean-François Condette, Histoire de la formation des enseignants en France (XIXe-XXe siècles), Paris : L’Harmattan, 2007 ; mais aussi Christophe Charle, Les Élites de la République, 1880-1900, Paris : Fayard, 2006 ; ou André Grelon, “Les universités et la formation des ingénieurs en France (1870 à 1914)”, Formation emploi, n° 27.1 (1989), p. 65-88. []
  3. Voir par ex. Amélie Puche, Les femmes à la conquête de l’université (1870-1940), thèse de doctorat, Université d’Artois, 2020 ; ou Natalie Pigeard, Wurtz, doyen de la Faculté de médecine de Paris (1866-1875), thèse de doctorat, Université de Nanterre – Paris X, 2007. []
  4. En 1888, Louise Amélie Leblois (sc. nat.) ; en 1889, Louise Augustine Fanny Bignon (sc. nat.) ; en 1893, Dorothée Klumpke, (sc. math.) ; en 1902, Lucie Rondeau-Luzeau (sc. nat.) ; en 1903, Clotilde Deflandre (sc. nat.) ; en 1903, Marie Sklodowska-Curie (sc. phys.) ; en 1904, Fanny Sandberg (sc. phys.) – cette dernière est la seule diplômée de l’université de Grenoble. []
  5. Voir par exemple les dynasties des Bruhat, Agassiz, d’Aguesseau, Amelot, Argenson, Baillaud, Bazy, Bernoulli, Berthelot, Becquerel, Joliot, etc. []
  6. Voir ses titres et travaux au Musée Curie, AIR-FP-PMC. []
  7. Les universités européennes ouvrent leurs portes aux femmes entre 1866 et 1910. C’est souvent la mixité qui freine leur intégration. Voir par ex. Rebecca Rogers, “Impensable mixité“, Travail, genre et sociétés, n° 1 (2004), p. 183-188. []
  8. Laura Bassi (1711-1778) rejoint l’Académie des Benedettini en 1745, et la comtesse Ekeblad, née Eva De la Gardie (1724-1786), devient membre de l’Académie royale des sciences de Suède en 1748. []
  9. La France ouvre ses portes universitaires en 1868. C’est en 1962 que l’Académie recevra sa première membre correspondante (qui ne peut donc voter), en la personne de Marguerite Perey, et c’est en 1979 qu’Yvonne Choquet-Bruhat devient membre de l’Académie des sciences. Dans beaucoup de pays, l’admission de correspondantes étrangères a largement devancé l’élection comme membre de plein droit. []
  10. Voir l’œuvre de Georges Martin ou d’Eugène Poubelle pour la professionnalisation des femmes docteurs en médecine dans Natalie Pigeard, “« Nature féminine » et doctoresses (1868-1930)“, Histoire, médecine et santé, n° 3, printemps 2013, p.83-100. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search